[Villa Arson] Visite de Franck Riester


Vendredi dernier nous apprenions dans un article paru dans Nice Matin que des étudiants de la Villa Arson avaient tenté de perturber la visite de leur école par le ministre de la Culture Franck Riester. Voici leur version des faits :


Jeudi 28 mars 2019 à 16h18, nous, étudiant.e.s de la Villa Arson recevons un email : 


« Bonjour, 

A l’occasion de sa venue à Nice, dans le cadre de la candidature de la ville pour l’inscription au patrimoine mondial par l’UNESCO, Franck Riester, Ministre de la Culture, viendra visiter la Villa Arson ce vendredi 29 mars à partir de 10h. 

Après des Salutations républicaines sur le parvis d’entrée, le ministre sera invité à découvrir l’établissement en commençant par les expositions en cours puis en visitant des ateliers. 

Ce parcours dans les espaces de la Villa sera l’occasion d’échanger avec les membres de la communauté de l’établissement. 

Soyez par avance remercié·e·s de votre présence et pour l’accueil que vous lui réserverez. 

Bien cordialement 
Sylvain Lizon »

Nous nous retrouvons le soir même, et décidons de porter des banderoles pour accueillir le ministre de la Culture Franck Riester. Sur ces banderoles étaient écrites des revendications d’étudiants, avec la liberté pour chacun d’y inscrire ce qu’il désire. On pouvait y lire : « Nous ne serons jamais une entreprise rentable » ; « On ne fera pas semblant que tout va bien » ; « réévaluation du statut des profs/technicien.ne.s », « On veut un.e directeur.trice des études et un.e régisseur.euse » ; « Macron démission » ; non à « hausse des frais d’inscriptions », « -rapprochement avec l’université -baisse ou stagnation des budgets », « privatisation de l’enseignement public », « annulation des formations des professeur.e.s et technicien.ne.s ». 

Vendredi 29 mars 2019 à 10h nous nous sommes réunis dans le jardin du Bosco, à l’entrée de la Villa Arson. Le directeur nous demande si nous avons prévu quelque chose, tout en nous soufflant de nous disperser. Nous restons. 

Franck Riester, Christian Estrosi, la sous-préfète et des conseillers du ministre arrivent. Nous sortons les banderoles. Ils passent silencieusement devant nous. Nous aussi sommes silencieux. Franck Riester dit Bonjour. La délégation avance jusqu’à l’entrée du bâtiment. Nous les suivons dans le calme. Le cortège ministériel entre dans le grand hall, au son de quelques « Macron démission » scandés par des étudiants. Les portes se referment, bloquées par la police, nous empêchant d’entrer. Nous contournons le bâtiment pour y accéder. 

Arrivés dans le hall, des policiers nous empêchent de nous rapprocher du cortège qui visite alors le centre d’art. Postés autour du hall d’entrée nous déployons nos banderoles. L’arrivée du ministre déclenche de nouveaux « Macron démission ». 
Le cortège ne veut plus aller dans les ateliers, comme il était initialement prévu. A défaut d’engager un dialogue, le ministre préfère écourter sa visite. A notre retour dans le jardin, des policiers tentent de nous arracher les banderoles. 

Cependant, une initiative de la part des professeurs avait été lancée dans le but d’échanger avec le ministre à propos de certaines réévaluations de leurs statuts et salaires. Ainsi, pour favoriser cet échange, les étudiant.e.s ont accepté de remballer leurs banderoles et de se disperser. Sans succès, le départ du ministre était déjà décidé. 

Nous avons appris à posteriori par un média local (Nice matin) que le ministre devait initialement recevoir des lycéens dans notre établissement. Nous n’avons en aucun cas bloqué l’accès à l’école ni contesté leur venue, n’en étant pas informé.e.s. 

Nous n’avons été prévenu qu’à 16h30 la veille. Nous n’avons donc pas pu nous concerter, pour aller au-delà de banderoles et d’une manifestation silencieuse. Ils nous ont ignorés et nous ont interdit l’accès à l’école pour nous empecher de nous exprimer calmement et respectueusement. Ils ont utilisé notre mécontentement comme prétexte de leur départ précipité, plutôt que de nous recevoir ensemble. 

Des étudiant.e.s de la Villa Arson


Liens externes

Nice Matin
Quand les élèves d’une école d’art font capoter la rencontre entre un ministre et des lycéens niçois
31.03.2019 (Français)



  • Tribunes
    Pourquoi nous n’exposons pas à Komunuma

    Dans ce texte deux artistes nous expliquent les raisons de leur retrait de l’exposition A spoonful of sugar organisée par le collectif Diamètre qui ouvre ce soir dans les locaux de Jeune Création sur le site Komunuma de la Fondation Fiminco. II.elle.s reviennent sur l’importance de l’action menée samedi dernier par les participant.e.s à la 69ème édition Pourquoi nous n’exposons pas à Komunuma


    Lire la suite
  • Lettres
    Le vernis s’écaille

    Les fondations se multiplient : Vuitton, Pinault, La Fayette, Carmignac… Les musées ouvrent des succursales un peu partout en France et dans le monde, comme le Centre Pompidou à Metz, à Shanghai, à Malaga, à Bruxelles ou le Louvre à Lens et à Abu Dhabi. Un secteur très rentable en termes de défiscalisation. Aujourd’hui l’art Le vernis s’écaille


    Lire la suite
  • Non classé
    Monde Nouveaux, ça pue !

    Opération séduction, piège à cons ! En novembre 2021, le secteur culturel s’est précipité à l’Élysée afin d’écouter, à coups de champagne et de petits fours, les discours lénifiants du chef de l’État. On se souvient encore des selfies d’artistes et de curateur.ices inondant les réseaux sociaux ; les mines réjouies et éberluées d’avoir été momentanément autorisées à Monde Nouveaux, ça pue !


    Lire la suite
  • Non classé
    [ENSBA] Après la lettre « Pour une école ouverte »

    Le point de vue d’un·e signataire de la lettre « Pour une école ouverte » La nomination de Jean de Loisy à la direction de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris fait écho à la crise de la représentation qui touche nos institutions et démontre, une nouvelle fois, que l’absence de concertation et le [ENSBA] Après la lettre « Pour une école ouverte »


    Lire la suite